Un autre monde est possible...

24 septembre 2009

La belle boulette !

Pour ceux qui avaient encore des doutes sur les compétences de Nicolas Sarkozy en matière de protection de l’environnement, vous trouverez ci-dessous une très jolie déclaration.

“Le monde court à sa perte si on continue à émettre du carbone qui crée un trou dans le couche d’ozone et qui brise les équilibres de la planète.”

Le carbone dont parle notre président est en fait du dioxyde de carbone qui, en ce concentrant dans notre atmosphère, augmente l’effet de serre et donc réchauffe notre planète.

Il n’y a aucun rapport entre l’émission du dioxyde de carbone et le trou de la couche d’ozone.

La couche ozone se trouve dans la haute atmosphère terrestre. Elle protège des rayons du soleil et a malheureusement été altérée à cause des gaz dits CFC.

Posté par notreautremonde à 19:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


10 août 2009

Nos choix alimentaires

Les quantités que nous mangeons n'ont pas beaucoup augmenté ces dernières années (735 kg/personne en 1970, 770 kg/personne en 2000). Mais des changements sont intervenus dans le régime alimentaire, dans les modes de production et de distribution des denrées alimentaires. Nous mangeons plus de fruits et légumes, de porc, de poulet, de poissons, de fruits de mer, de fromage et moins de pommes de terre, de lait, de viande bovine. Ces modifications sont dues à un profond bouleversement des marchés. On peut acheter des aliments des quatre coins de la planète et on trouve en toute saison une très large variété de fruits et légumes. Mais qui pense au long circuit qu'ont suivi les aliments qui se trouvent dans notre assiette et aux impacts environnementaux que cela représente?

Les impacts environnementaux de notre alimentation sont générés par les rejets de l'élevage, l'agriculture, l’industrie, par la surpêche, l'augmentation des transports et la production de déchets. Les impacts sont également liés à la consommation d'énergie pour des activités telles que le transport des courses, la réfrigération, la surgélation, la préparation, le lavage de la vaisselle. En Europe, une personne génère chaque année 160 kg de déchets d'emballage dont les 2/3 sont d'origine alimentaire. Approximativement, un tiers des impacts environnementaux d'un ménage sont liés à la consommation de nourriture et de boisson.

Les circuits de production et de distribution des aliments se sont allongés et intensifiés. Nos grands-parents achetaient des aliments produits localement. Aujourd'hui, les kilomètres contenus dans nos assiettes peuvent atteindre un niveau très élevé. D'autant plus que pour faire nos courses, nous prenons la voiture. L'impact de ce transport ne peut pas être négligé car il représente une partie non négligeable des transports des aliments. Le nombre de km parcourus, enregistré au niveau de l'Europe des 15, a triplé entre 1970 et 2003 pour atteindre le chiffre astronomique de 80 milliards (13.44 milliards pour le transport de marchandises).

Mode de transport

CO2 rejeté par tonne d’aliment sur un km

Pourcentage des rejets en CO2

Pourcentage des produits transportés

Bateau

15-30 g/tonne km

12%

65%

Voiture

168-186 g/tonne km

13%

1%

Camion

210-1430 g/tonne km

64%

33%

Avion

570-1580 g/tonne km

11%

1%

Impact environnemental des denrées alimentaires en fonction de la quantité de CO2 générée par le transport

Nous pouvons choisir des fruits et légumes de saison, produits localement, … La culture de fruits et légumes sous serre nécessite une grande quantité d'énergie. Différentes études montrent que l'impact environnemental de fruits et légumes cultivés dans des serres chauffées correspond à celui de fruits et légumes transportés par avion. 

Le transport de produits sur de longues distances exige qu’ils se conservent bien. Les kiwis de Nouvelle Zélande passent facilement quelques semaines dans les calles de bateaux. Ils ont recours à différentes techniques de conservation (conservateurs, irradiation, refroidissement) ou de murissement (substances chimiques). Ces techniques demandent un supplément d'énergie par rapport aux denrées produites localement et ces traitements sont administrés sans prendre en compte les risques sur la santé.

Les échanges mondiaux ne profitent qu’à l'économie de quelques pays car le « Tiers-monde » exportent des produits alimentaires alors qu'une partie de leur propre population souffre de faim. Mais d'autres formes de production et de commerce s'organisent, plus équitables, qui fournissent aux producteurs locaux une juste rémunération de leur travail en respectant davantage l'environnement. La question des "km" que parcourent nos aliments est donc complexe, elle mérite un débat éthique et social.

La mondialisation de l'économie nous a permis de découvrir des aliments venus d'ailleurs. Mais cela a un coût écologique pour lequel nous ne recevons aucun signal ni aucune information qui nous permettrait de mieux le prendre en compte (sauf donnée sur l’origine pour la viande, le poisson, les œufs ou les produits laitiers). Il est important de se poser des questions sur l'impact de nos choix alimentaires et d'évaluer dans quelle mesure il est possible de réduire cet impact à un niveau compatible avec une juste répartition des ressources de la planète. Nous pouvons contribuer à un environnement de meilleure qualité en adoptant des choix plus éthiques, à l'égard de l'environnement, des travailleurs qui sont intervenus dans la chaîne de production mais aussi par apport à notre santé et celle de nos proches.

Posté par notreautremonde à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2009

Les lingettes jetables

Les lingettes présentent un inconvénient environnemental majeur : celui d’augmenter la quantité de déchets ménagers. Alors que la plupart des flacons de produits détergents sont constitués de matériaux recyclables, les lingettes produisent des déchets non recyclés qui gonflent nos poubelles « tout venant ». Certaines sont mêmes imprégnées d’un produit classé comme dangereux.

D’après une enquête de l’Observatoire de la consommation durable en Belgique, un ménage qui adopte de manière généralisée les lingettes pour le linge, la maison, l’hygiène corporelle produit 58 kg/an de déchets ménagers supplémentaires, dont 55kg/an ne sont pas recyclables.

L’utilisation des lingettes augmente considérablement le coût du nettoyage. Une comparaison du nettoyage d’un sol avec lingettes et avec torchon/détergent montre une augmentation du coût d’un facteur 15.

De plus, l’utilisation des lingettes entraîne pour leur fabrication une augmentation de la consommation de ressources, d’énergies,…

Ces lingettes sont pratiques mais le prix à payer est beaucoup trop important.

Posté par notreautremonde à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2009

Pub mensongère

La publicité du véhicule Audi Q7 V6 3.0 TDI© Quattro Clean diesel 240 ch indique clairement que si nous voulons nous “décider à agir” nous devons acheter un gros 4×4 pour éviter que nos semblables ne souffrent de difficultés respiratoires, d’hyperéactivité des bronches, etc.

audi_q7

 

En France, la publicité est vérifiée par l’ARPP, Autorité de régulation professionnelle de la publicité. Cette instance de publicitaires a établi un code de bonne conduite : “Le message publicitaire ne saurait suggérer indûment une absence totale d’impact négatif.” “Tout argument de réduction d’impact ou d’augmentation d’efficacité doit être précis et s’accompagner de précisions chiffrées, en indiquant la base de comparaison utilisée”.

Cette voiture consomme en moyenne 13 litres/100kms et émet 260 gr/km de CO2. Alors comment Audi a pu diffuser en France ce type de campagne publicitaire ?

Posté par notreautremonde à 01:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2009

Action contre la faim

Si vous souhaitez que les gouvernements prennent en compte votre intérêt pour les populations en détresse, il faut absolument soutenir les ONG toute l'année et non pas occasionnellement.

D'après une bénévole de l'organisation "Action contre la faim", la somme de 6€ permet d'apporter l'alimentation d'urgence à une personne pendant un mois. De plus cette somme sera déduite à 75% de vos impôts... alors réfléchissez-y !

Posté par notreautremonde à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juillet 2009

demographie

La planète résistera t-elle à l'explosion de la démographie ?

Posté par notreautremonde à 20:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2009

Codex Alimentarius

Le Codex Alimentarius est un programme commun de l'Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), créé en 1963, consistant en un recueil de normes, codes d'usages, directives et autres recommandations relatifs à la production et à la transformation agro-alimentaires qui ont pour objet la sécurité sanitaire des aliments, soit la protection des consommateurs et des travailleurs des filières alimentaires, et la préservation de l'environnement.

Après les belles paroles… voici quelques chiffres : Entre 1950 et 2008, le nombre de cancers a augmenté de 300%, la majorité de nos aliments ont perdu près de 50% de leurs nutriments, plus de 500 produits chimiques ont été autorisés dans l’alimentation, l’agriculture, les produits d’entretien, etc.

Cette organisation n’est ni une commission de santé publique ni de protection de consommateur mais bien une organisation commerciale dont l’unique but est de faire du profit et servir les intérêts de grands multinationales : chimiques, biotechnologiques, agro-alimentaires, et médicales, sans se soucier de la santé publique.

Le projet de cette organisation est même d’interdire la vente des compléments alimentaires dans un but préventif ou thérapeutique, d’exiger le traitement antibiotiques des animaux, d’obliger l’utilisation des hormones de croissance pour les vaches, d’exiger la production par les entreprises pharmaceutiques des remèdes possédant des doses supérieures à la norme fixée, etc. Et pour finir, les régulations du Codex seront valables pour toute la planète.

Posté par notreautremonde à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2009

Les tortues olivâtres

Entre 150 000 et 350 000 tortues sont menacées par la construction d’un port situé à Dharma, dans l’Etat de l’Orissa au Sud-est de l’Inde. En effet, l’opération de dragage  nécessaire aux travaux de sa construction pourrait endommager de manière irréversible l’un des derniers sites mondial de reproduction des tortues dites « olivâtres » . La tortue olivâtre est une des plus petites espèces de tortues marines. Elle doit son nom à la couleur olive de sa carapace. Cette espèce est en voie de régression… Afin qu’une étude approfondie puisse être menée sur l’impact écologique d’un tel projet, le dragage doit absolument être stoppé.

Prônant le développement durable et le respect de l’environnement la firme multinationale indienne TATA, en charge du projet, vient pourtant d’annoncer son refus de suspendre ses travaux de construction. Selon Ashish Fernandes, chargé de campagne Océans pour Greenpeace  “Ce refus est en total incohérence avec les engagements de l’entreprise TATA qui s’était engagée à redéfinir son projet si une menace environnementale était avérée. C’est pourtant chose faite mais TATA s’obstine et ne veut rien entendre !”

Chaque année, entre les mois de décembre et d’avril, des milliers de tortues olivâtres en provenance d’Australie et des Philippines viennent se reproduire dans cette zone. Elles parcourent ainsi des milliers de kilomètres pour atteindre les plages de Gahirmatha et venir se reproduire à l’endroit où elles sont nées. Mais les travaux menés par la construction du port pourraient bien empêcher la nidification de cette espèce déjà menacée. Le taux de mortalité des tortues olivâtres ne cesse d’augmenter au large des côtes de l’Orissa.

Article Greenpeace du 4 mars 2009 - Signez la pétition sur www.greenpeace.in/turtle/

Posté par notreautremonde à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2009

La croissance fait le bonheur ?

En 1996, deux chercheurs américains, Marc et Marque-Luisa Miringoff, ont produit un indice synthétique de santé sociale pour leur pays, en faisant la moyenne de 16 indicateurs sociaux disponibles, dont chacun prend des valeurs comprises entre 0 et 100. Cet indicateur regroupe des critères de santé, d’éducation, de chômage, de pauvreté et d’inégalité, d’accidents et de risques divers. Cet indice est présenté sur le graphique ci-dessous simultanément à la courbe de croissance économique. Cela se passe de commentaires...

ISS___PIB

Posté par notreautremonde à 22:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Modèle énergétique français

Vous trouverez ci-dessous un document très intéressant de Mycle Schneider, consultant international en politique énergétique et nucléaire, sur le mythe du nucléaire en France.

Au_dela_du_mythe___M_Schneider

Posté par notreautremonde à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]